PositivePsychology .com | Boîte à outils de psychologie positive

Acceptation de la méditation sur les émotions

  Coping Meditation 5-10 min Client

De nombreux clients utilisent des stratégies basées sur le contrôle pour gérer leurs émotions. Les stratégies basées sur le contrôle, comme la suppression, visent à réduire la fréquence et l’intensité des émotions indésirables. Cependant, la suppression délibérée des émotions est conceptualisée comme un évitement expérientiel (Hayes et al., 1999), et on a constaté qu’elle contribuait à une grande diversité de résultats négatifs (voir Hayes, Wilson, Gifford, Follette et Strosahl, 1996, pour une critique).

Une autre façon de gérer les émotions est l’acceptation. En revanche, aux stratégies basées sur le contrôle, l’individu accepte et ressent pleinement l’émotion, sans tenter de la modifier, de l’éviter ou de la contrôler (Hayes, Strosahl et Wilson, 1999).

L’acceptation implique une attitude sans jugement envers les émotions et nécessite une volonté de rester en contact avec les sentiments inconfortables et souvent négatifs qui les accompagnent. En se concentrant intentionnellement sur l’expérience de l’émotion sans porter de jugement, le «soi qui s’observe» est renforcé. Cela permet de se détacher de l’émotion, diminuant ainsi le risque que le comportement soit guidé par l’émotion. En d’autres termes, la conscience consciente empêche les individus de s’immerger ou de s’identifier à l’expérience de l’émotion, permettant une réponse plus flexible (Shapiro, Carlson, Astin et Freedman, 2006).

Objectif

Le but de l’acceptation des émotions n’est pas de se débarrasser de l’émotion. L’idée derrière l’acceptation est qu’avec le temps, la relation avec l’émotion peut changer. Grâce à la pratique répétée de cette technique, une personne peut cultiver une relation différente avec des émotions difficiles. Au lieu de les percevoir comme indésirables, ce qui déclenchera des tentatives pour éviter ou supprimer l’émotion, on peut les accepter comme une partie inévitable mais transitoire de l’expérience humaine. Par conséquent, les clients peuvent réaliser que ces émotions négatives ne sont pas si menaçantes et qu’elles disparaîtront naturellement lorsqu’elles le permettront.

À un niveau plus profond, l’acceptation des émotions peut également améliorer la connaissance de soi. En niant ou en évitant nos expériences, nous nous empêchons également d’extraire des informations utiles de nos expériences. La peur, par exemple, peut donner un aperçu de nos valeurs. Après tout, lorsque nous ne nous soucions pas, nous n’avons souvent pas peur. Dans certains cas, la peur peut nous faire prendre conscience de choses que nous trouvons importantes dans la vie. En supprimant la peur, nous nous empêchons également d’en tirer des leçons.

Conseil

    • Plutôt que de donner aux clients des instructions pour appliquer l’acceptation à la maison, il est très important de la pratiquer d’abord avec un praticien. De cette façon, le praticien peut aider le client à répondre aux questions et à accepter les expériences difficiles qui émergent du fait de la pratique. De plus, une fois que les clients ont un avant-goût de ce que signifie l’acceptation et de ce que cela ressent, il leur est plus facile de pratiquer et d’explorer le concept plus profondément sur leur

 

    • Si, à un moment ou à un autre, votre client se rend compte que la méditation est trop intense, informez-le qu’il / elle a la possibilité d’ouvrir les yeux à tout moment et

 

    • Lorsqu’ils pratiquent la méditation pour la première fois, certains clients peuvent trouver difficile ou impossible d’éprouver des émotions tout en visualisant. Même si un client n’est pas capable de susciter l’émotion, faire la méditation ensemble peut toujours être précieux; faire plutôt que parler d’acceptation le rend plus concret et compréhensible.

 

    • Comme indiqué précédemment, le but de l’acceptation des émotions n’est pas de se débarrasser du. Pour de nombreux clients, cela semble très déroutant. Après tout, quel est le but de la régulation des émotions si l’objectif de se sentir mieux n’est pas atteint? En tant que praticien, il est important d’aborder la nature paradoxale de l’évitement et du contrôle. Il y a plusieurs moyens de le faire.
        • Il est possible de laisser les clients contrôler l’expérience. Vous pouvez demander aux clients de faire l’exercice sur les conséquences de l’évitement expérientiel et / ou de ne pas penser à vos pensées présenté dans ce

        • De nombreux problèmes que les clients éprouvent peuvent découler de leur tendance à contrôler leurs émotions et à éviter les difficultés. Vous pouvez demander aux clients de continuer à contrôler et à éviter leurs expériences comme ils le faisaient auparavant et de rapporter leurs observations lors de la session suivante. Bien que cette option soit assez extrême, elle peut générer la volonté d’abandonner le contrôle et de s’ouvrir à de nouveaux

        • Les métaphores peuvent aider à expliquer que le but de l’acceptation n’est pas de se débarrasser des émotions mais de cultiver une relation différente avec elles (voir, par exemple, la métaphore de l’invité indésirable présentée dans cette boîte à outils).

 

    • Dans certains cas, une fois que les clients ont appris à accepter ces émotions difficiles, ils commencent à remarquer qu’en permettant aux émotions d’être présentes, les émotions douloureuses s’estompent relativement Au fur et à mesure que cela se produit, un nouveau défi est introduit. Certains clients peuvent commencer à appliquer l’acceptation pour se débarrasser des émotions. Dans ce cas, l’acceptation n’est plus la vraie acceptation, car la vraie acceptation signifie permettre à chaque expérience d’être présente, même si l’on ne commence pas à se sentir mieux. En introduisant un objectif d’acceptation (c’est-à-dire se sentir mieux), l’accent n’est plus mis sur le moment présent; par conséquent, l’acceptation devient une acceptation «conditionnelle»; “Je vais permettre à ces émotions d’être présentes, mais elles doivent disparaître.” Ce processus est le même que celui de l’évitement, où l’on n’est pas vraiment disposé à faire l’expérience de la réalité telle qu’elle se déroule. Il est important d’expliquer cela aux clients.

 

    • Notez qu’apprendre à appliquer l’acceptation peut être une tâche très difficile pour de nombreux clients, en particulier lorsque les stratégies basées sur le contrôle et l’évitement sont le moyen par défaut de faire face aux difficultés.La raison pour laquelle de nombreuses personnes utilisent des stratégies de contrôle est qu’à court terme, elles fonctionnent. Par exemple, si j’essaie de supprimer mes émotions, la conséquence immédiate est que je ne les ressens pas. Cependant, après un certain temps, l’émotion réprimée risque de se retourner contre vous (voir, par exemple, Alberts et al., 2011) et, au fil du temps, une relation négative est cultivée par des expériences difficiles. Pour former l’adaptation basée sur l’acceptation, il faut du temps et de la patience. Pour les clients qui trouvent cette approche extrêmement difficile, ils peuvent souhaiter décomposer le processus en étapes plus petites. Par exemple, commencez par permettre aux émotions d’être présentes pendant un moment et revenez à la stratégie par défaut. Au fil du temps, les clients peuvent prolonger la durée pendant laquelle ils permettent aux émotions d’être présentes.

Acceptation de la méditation sur les émotions

 

Instructions

Les instructions de pré-méditation peuvent être utilisées à des fins de pratique. Par exemple, lors de l’introduction de l’acceptation à un client. Les clients qui souhaitent utiliser la méditation lorsqu’ils rencontrent des émotions difficiles en temps réel peuvent sauter les étapes 2, 3 et 4 et terminer par l’étape 12.

Préméditation:

Essayez de penser à quelque chose qui vous dérange. C’est peut-être un scénario qui vous inquiète. Cela peut être un scénario qui s’est produit dans le passé ou quelque chose qui peut se produire dans le futur. Essayez de penser à un scénario qui suscite une réaction émotionnelle. Dans cette méditation, vous vous imaginerez dans votre scénario choisi.

Si, à tout moment, vous sentez que la méditation est trop intense, vous avez la possibilité d’ouvrir les yeux et / ou de bouger vos doigts et vos orteils, ce qui vous aidera à vous reconstruire dans le présent. Vous pouvez également essayer de ramener votre attention sur votre respiration. Si cela ne vous aide pas et que vous ne souhaitez pas continuer la méditation, respectez-vous en vous arrêtant. Vous pouvez toujours choisir de refaire cet exercice plus tard et d’améliorer votre acceptation émotionnelle par des étapes plus petites.

La méditation:

    1. Commencez par fermer les yeux, si cela vous convient. Si vous choisissez de laisser les yeux ouverts, concentrez votre attention sur vos pieds et laissez votre regard se reposer doucement et y rester pendant toute la durée de la méditation.

 

    1. Commencez à remarquer votre respiration, à chaque inspiration et après au moins cinq respirations, remarquez où votre corps entre en contact: les pieds touchant le sol, le dos au sol, les os assis sur une chaise, etc.

 

    1. Maintenant, mettez le scénario difficile que vous avez choisi au premier plan de votre esprit. Imaginez-vous aussi clairement que possible dans le scénario; que s’est-il passé ou peut-il arriver?

 

    1. À la suite de ce scénario dont vous vous êtes souvenu, vous remarquerez peut-être que certaines émotions [Vous pouvez demander à votre client de lever la main s’il éprouve une émotion. Sinon, vous pouvez donner plus de temps à votre client ou continuer quand même.]

 

    1. Quelles émotions vivez-vous? Quelles pensées vous traversent l’esprit?

 

    1. Maintenant, concentrez-vous sur votre corps. Souvent, les émotions sont représentées dans notre corps. Quels sentiments surgissent dans votre corps? Observez ce que vous ressentez dans votre corps. Peut-être ressentez-vous des tensions ou d’autres sensations. Peut-être ressentez-vous une sensation d’oppression dans l’estomac autour de votre cœur ou quelle que soit votre expérience, essayez de rester avec les sensations et d’être doux avec vous-même.

 

    1. Utilisez votre respiration comme un véhicule pour rester avec ces sensations et être doux avec vous-même. Dirigez votre conscience vers la partie du corps où ces sensations sont le «Respirez» cette partie du corps sur l’inspiration.

    1. Plutôt que de repousser cette expérience, essayez de la laisser être. En silence, vous pouvez dire au sentiment: «ça va; tu as le droit d’être »« Quoi qu’il en soit, c’est ok. Laissez-moi le sentir ». Voyez ce qui se passe si vous vous permettez de vivre tout ce que vous vivez en ce moment. Restez simplement avec la conscience de ces sensations corporelles et de votre relation avec elles, respirez avec elles, les acceptant, les laissant être. Vous pouvez répéter: «C’est bon. Quoi qu’il en soit, ça va ».

 

    1. Peut-être que vous remarquez que le sentiment devient plus Peut-être qu’il restera le même ou diminuera. Il peut également se déplacer dans votre corps. Quoi qu’il arrive, ça va. Laissez-le être. Observez ce qui se passe. N’oubliez pas de rester avec l’expérience avec curiosité et gentillesse. Vous éprouvez des sensations sans réagir.

 

    1. Souvent, les pensées peuvent nous distraire du moment présent. Peut-être que vous avez des pensées sur le scénario ou cet exercice. C’est bon. Remarquez quand votre attention est concentrée sur les pensées, puis renvoyez votre attention sur votre expérience du moment présent.

 

    1. Continuez à découvrir ce qui se passe dans votre corps et votre esprit sans le resserrer ou y résister. Essayez de maintenir ensemble les sensations de votre corps et le sens de votre respiration, en étant conscient de la respiration avec le Lorsque vous remarquez que vos sensations corporelles n’attirent plus votre attention, revenez à 100% à votre respiration et continuez avec cela comme votre principal objet d’attention.

 

    1. Si, dans les prochaines minutes, aucune sensation puissante dans votre corps ne survient, essayez cet exercice avec les sensations corporelles que vous

 

    1. Maintenant, laissez lentement votre scénario choisi quitter le centre de votre attention. Remuez vos doigts et vos orteils. Ouvrez lentement les yeux et ramenez votre attention sur le présent